Rechercher dans ce blog

lundi 2 mai 2016

livre de chevet : Jane Eyre, de Charlotte Brönte

Ruth Wilson et Toby Stephens
Je suis tombée dans Jane Eyre quand j'étais adolescente. Je n'en suis jamais complètement sortie. Je ne m'explique pas mon engouement pour ce roman, et je compte bien sur les lecteurs de ce blog pour me donner des pistes de compréhension, avis aux amateurs.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas l'histoire par cœur comme moi, sachez que Jane Eyre est une jeune orpheline confiée à son oncle. Quand celui-ci décède, sa tante qui la déteste cordialement l'envoie dans un orphelinat austère. Là, elle découvre l'amitié, mais aussi la mort, et finalement ne sort pas vraiment de la solitude qui est son lot. Devenue enseignante dans l'orphelinat, elle trouve une place de préceptrice dans un château auprès de la pupille d'un riche homme d'affaire. Le château est sombre, mais les gens accueillants. L'homme d'affaire a des côtés excentriques, voire inquiétants, mais amène de la vie dans cette demeure triste, et tout compte fait inquiétante aussi. Au fil des leurs rencontres, le riche homme d'affaire tombe amoureux de cette petite préceptrice au premier abords assez terne mais efficace et d'un solidité remarquable dans l'épreuve. Ils décident de convoler en justes noces, quand la terrible nouvelle tombe : le futur marié l'est déjà ! Il a épousé une beauté des îles, mais complètement folle et dangereuse. Jane s'enfuit dans la lande et manque mourir de faim et d'épuisement quand elle est prise en charge par un pasteur et ses sœurs, qui se révèleront être en fait ses cousins. Devenue riche grâce à un oncle non d'Amérique mais de Madère, elle part retrouver l'homme qu'elle aime. Entre temps, ce dernier est devenu veuf dans des circonstances dramatiques, estropié et quasiment aveugle. Mais ils peuvent se marier et tout finit bien !

Vu ainsi, on se demande bien ce qui sépare cette littérature d'un bon roman de gare avec une bonne petite morale édifiante. C'est que le scénario ne vaut rien sans le style extraordinaire de Charlotte Brönte, et qu'il ne permet en rien de deviner la richesse de la psychologie des personnages. L'héroïne, ballotée par des événements bien souvent contraires, sait faire face avec une opiniâtreté exemplaire, sans romantisme mais avec une fermeté exceptionnelle. Rochester, notre riche homme d'affaire que tout désigne comme le preux chevalier de l'histoire, est un homme plein de fêlures qu'on découvre une à une ; la vie ne l'a pas épargné non plus, malgré ses richesses. Les seconds rôles ne sont pas oubliés, et si quelques personnages sont sans finesse, tel l'administrateur de l'orphelinat, un infâme détourneur de fonds, ils ne sont jamais dépourvus d’ambiguïté. Le plus noble des acteurs de cette histoire, le jeune pasteur St John Rivers et ses hautes ambitions morales, cachent des côtés obscurs qui n'échappent pas à la perspicacité de Jane.
Jane Eyre, c'est peut-être aussi une réflexion sur la beauté. Jane est en effet souvent présentée comme une fille terne. En réalité elle rayonne et elle dérange dans cette société où chacun doit être à sa place et surtout ne pas faire de l'ombre à ceux qui sont socialement plus élevés, cela depuis son enfance chez sa tante, où elle fait de l'ombre à ses cousines. Mais Rochester, qui a beaucoup payé à la beauté physique, est attiré par ce rayonnement comme un papillon, car plutôt que de lui attirer des ennuis, Jane le soutient dès qu'elle est à ses côtés, faisant ressortir le meilleur de lui-même. Elle est son roc, une vraie héroïne, qui n'attend pas sagement son prince au coin du feu, mais qui prend son destin en main.

Bref, j'aime Jane Eyre, et le personnage et le livre, sans compter.

5 commentaires:

Manu a dit…

"et je compte bien sur les lecteurs de ce blog pour me donner des pistes de compréhension, avis aux amateurs"

C'est pas moi qui vais t'aider ma chère, je n'ai jamais lu le moindre bouquin de Bronté (ni même de sa soeur). Oui oui, honte sur moi !

Anonyme a dit…

Comme c'est triste ! Ceci dit, je n'ai lu que Jane Eyre, en fait. Et j'ai eu plaisir à la retrouver dans les romans de Jasper Fforde (une des premières aventures de Tuesday Next se passe dans le livre, et son infâme ennemi veut changer la fin du roman, horreur !). Je suis loin d'être la seule aficionada de la demoiselle...

Manu a dit…

Nan mais un jour je le lirai, j'le jure. Vrai de vrai. Afin de pouvoir briller en société (oui enfin, à la cantine quoi).

Soleilvert a dit…

Pas lu, ni même le célébrissime roman de sa sœur. La honte retombe sur moi jusqu' à la 7ème génération.

VMottu a dit…

Je ne vois qu'une explication : ce doit être un truc de fille...