Rechercher dans ce blog

vendredi 27 mai 2016

Florida flow : Torpedo Juice, de Tim Dorsey

Camarades lecteurs, l’heure est grave car je viens de terminer le dernier Tim Dorsey traduit en français. Je reste désormais, comme d’autres admirateurs de l’écrivain floridien, suspendu à la décision des éditions Rivages, déçus par les ventes après sept romans publiés en France. Traduira, traduira pas, nul ne le sait à part François Guerif himself, sans doute premier déçu du manque d’enthousiasme des lecteurs français pour un auteur qu’il a longuement soutenu. Mais la raison d’être d’un éditeur, c’est tout de même de vendre des livres et force est de constater que ce n’était pas le cas pour Tim Dorsey. Il y aurait probablement matière à analyser cet échec, alors qu’un Carl Hiaasen, dont la plume est assez proche de son alter ego floridien, semble caracoler au sommet des ventes (oui bon, toutes proportions gardées). Trop déjanté, peut-être (un journaliste a récemment dit de Dorsey qu’il faisait figure de Carl Hiaasen sous l’emprise de crack), mais probablement trop difficile d’accès, voilà sans doute le coeur du problème. Il faut réussir à entrer dans l’univers de Tim Dorsey, en accepter les contraintes et les codes, forcer parfois la porte avant de retrouver quelques repères. L’utilisation du caméo comme mode d’écriture à part entière n’a rien d’une évidence et nombre de lecteurs ont sans doute renoncé après quelques dizaines de pages, sans comprendre où l’auteur voulait en venir. Et je ne leur jetterai pas la pierre, puisque j’ai abandonné Stingray Shuffle en cours de route. Il y a chez Dorsey toujours un point de convergence, mais il est systématiquement situé dans les dernières pages du roman, c’est là qu’en général l’auteur retombe sur ses pattes, sous l’oeil admiratif du lecteur qui aura été suffisamment patient pour attendre la résolution d’une oeuvre souvent complexe dans sa construction narrative.

Les premières pages d’un roman de Tim Dorsey sont donc souvent délicates et Torpedo Juice n’échappe pas à cette règle tant l’auteur prend un malin plaisir à perdre le lecteur dès les premiers chapitres, partant dans toutes les directions et donnant l’apparence de ne suivre aucun schéma ni aucun fil conducteur. D’ailleurs, résumer l’histoire de ce septième épisode des aventures rocambolesques de Serge A. Storms relève de la gageure. Pour faire simple, notre psychopathe amoureux de la Floride a décidé, après moult péripéties, de se marier ; il a donc tout préparé de A à Z, mais l’ennui c’est qu’il lui manque une fiancée. Il part donc en quête de l’âme soeur en compagnie de son pote Coleman (égaré dans les Keys alors que Serge le croyait décédé), toujours aussi défoncé et pas plus malin que dans les opus précédents ; à ceci près que le bonhomme a désormais trouvé de nouvelles recettes pour s’envoyer en l’air à base de gaz hilarant et de Torpedo Juice, un cocktail délicieusement traître servi au célèbre No name bar (alter ego imaginaire du non moins célèbre Sloppy Joe’s). Mais Autant dire que tenter de séduire une jeune femme en traînant un crétin patenté comme Coleman relève de l’exploit, surtout si votre technique d’approche consiste à observer une proie potentielle à l’aide d’une paire de jumelles ou bien encore à la suivre à la trace au supermarché en espérant ne pas être repéré. Ce qui donne lieu à des situations pour le moins compliquées et souvent fort embarrassantes. Vient se greffer à cette trame narrative somme toute assez légère, la fuite désespérée d’une jeune femme terrorisée, lancée à fond de train à bord d’une Trans Am au moteur surgonflé  en direction des Keys (rappelons que l’US highway 1 qui traverse l’est des Etats-Unis de la frontière canadienne jusqu’à l'extrémité ouest de l’archipel des Keys n’est rien d’autre qu’un cul de sac). Le télescopage entre ces deux arcs narratifs est évidemment attendu en fin de roman, mais entre-temps le récit est ponctué de rencontres plus ou moins anecdotiques avec des personnage hauts en couleurs : un flic autrefois prometteur régulièrement humilié par son ex-femme et affublé d’un coéquipier complètement idiot, une bibliothécaire nymphomane psychologiquement instable, une bande d’adolescents amateurs de rituels sataniques ridicules et de pizzas, un parrain de la pègre ultraviolent fan de Scarface de et de modélisme….. quelques tatous et des daims nains de Floride (oui oui, cela a son importance)..

Absurde, délirant, totalement déjanté, génialement inventif, furieusement drôle, complètement foutraque… Torpedo Juice est tout cela à la fois et bien plus encore tant il parait difficile de rendre compte de la fureur créatrice qui parcourt le roman. Oui,  Tim Dorsey, est probablement aussi fou que Serge pour imaginer un tel carnaval, mais le feu d’artifice qu’il organise dans la seconde moitié du roman est si ahurissant qu’on lui pardonne volontiers un démarrage un peu difficile. C’est simple, l’auteur lâche les missiles Scud à un rythme infernal, soumettant à rude épreuve les zygomatiques du lecteur. Encore faut-il avoir le coeur suffisamment bien accroché pour adhérer à l’humour foncièrement cruel de l’auteur, qui pousse parfois la plaisanterie très très loin. Qu’on adhère ou pas à la plume de Tim Dorsey, force est de constater que le bonhomme a élevé la farce décalée au rang de grand art. Reste qu’au-delà de son apparente frivolité, Tim Dorsey a tout de même des choses importantes à dire de la société américaine, le plus souvent sous couvert de propos décousus de Serge, dont les monologues sont cette fois un peu moins nombreux, mais tout aussi savoureux. Et si vous n’êtes toujours pas convaincus, ben je sais pas moi retournez lire du Barbara Cartland, le Florida glare n’est tout simplement pas fait pour vous.

2 commentaires:

V. Mottu a dit…

1. Qu'est-ce qu'un caméo ?
2. Tu as déjà lu du Barbara Cartland ? C'est comment ?

Manu a dit…

Caméo = apparition fugace d'un personnage (souvent célèbre) dans un film. Le terme est utilisé dans le cinéma, rarement en littérature. Tim Dorsey en a fait un mode d'écriture.

Cartland, jamais lu un bouquin en entier, ma tante les collectionnait et quand j'étais gamin et que je m'ennuyais il m'arrivait d'en feuilleter par pur désœuvrement... mais rarement plus de quelques pages. Mais bon, peut-on faire confiance à quelqu'un qui a écrit plus de 600 bouquins.
Ah zut, on me dit qu'Isaac Asimov en a écrit presqu'autant.